Découverte

Soupe aux pois à l’ancienne version végé: votre nouvelle recette automnale favorite

C’est lorsque j’ai reçu des pois jaunes secs dans l’un de mes paniers d’hiver des Bio Locaux que j’ai appris à cuisiner cette recette automnale. Cet aliment pousse très bien au Québec et pourrait être qualifié de rassasiant, en plus d’être peu dispendieux. On retrouve souvent la soupe aux pois dans les repas de cabane à sucre, mais rien ne nous empêche de la ramener jusque dans nos foyers!

La soupe aux pois à l’ancienne, c’est quoi?

La recette traditionnelle requiert que la cuisson de la soupe se fasse en compagnie d’un flanc de porc salé, pour lui prodiguer son goût caractéristique. Une fois celle-ci terminée, le morceau de viande est retiré pour être coupé en petits morceaux, qui agrémenteront à merveille chaque bouchée. En effet, le gras est un excellent vecteur de saveur, ce qui contribue à donner à la soupe ce goût exquis que vous lui connaissez. Comme je me classe dans la catégorie «flexitarienne», c’est-à-dire une végétarienne qui mange de la viande à l’occasion, j’ai donc tenté de transformer cette recette en une version sans viande.

Mon inspiration de départ est la recette de soupe aux pois à l’ancienne de Ricardo, ma référence lorsqu’il est question de cuisine. La première fois que je l’ai préparée, je n’avais pas de céleri sous la main alors j’ai doublé la quantité de carottes pour compenser. Force est de constater que les légumes peuvent être substitués, jusqu’à un certain point, ce qui est un argument en faveur de cette recette automnale. L’ajout de bouillon de légumes en poudre, ou liquide si vous préférez, remplace le rôle du flanc de porc salé comme agent de saveur. Je termine cette introduction en vous partageant deux petits conseils que j’ai appris «à la dure»: n’oubliez pas de mettre vos pois à tremper et veillez à prévoir suffisamment de temps pour la cuisson. C’est une recette qui, du début à la fin, nécessite presque une journée entière de préparation!

Pour réaliser une version végé de la soupe aux pois traditionnelle

Temps de trempage: 4 heures
Temps de préparation: 15 minutes (celui-ci dépend de votre rapidité à couper les légumes)
Temps de cuisson: 3 heures
Portions: 8 (à mon avis, cette recette fait plutôt 4 portions format repas)
Congélation: possible

Les ingrédients nécessaires pour faire cette recette d’automne

  • 375 mL (1 ½ tasses) de pois jaunes secs
  • 1,5 L (6 tasses) d’eau, pour le trempage des pois
  • 625 mL (2 ½ tasses) d’oignons hachés
  • 30 mL (2 cuillères à soupe) de beurre
  • 250 mL (1 tasse) de carottes coupées en dés
  • 250 mL (1 tasse) de céleri coupé en dés
  • 1,5 L (6 tasses) d’eau
  • 30 mL (6 cuillères à thé) de bouillon de légumes en poudre (vous pouvez aussi y aller au goût)
  • 3 feuilles de laurier
  • Sel et poivre

*Si vous n’avez pas de céleri sous la main, doublez la quantité de carottes et le tour est joué!

Les étapes de préparation de cette soupe réconfortante

  1. Mettre les pois jaunes secs à tremper pour environ quatre (4) heures, ou toute la nuit. Égoutter et réserver.
  2. Dans un grand chaudron, dorer les oignons dans le beurre.
  3. Ajouter les carottes et le céleri, puis poursuivre la cuisson cinq (5) minutes en remuant occasionnellement.
  4. Ajouter l’eau, le bouillon de légumes en poudre, les pois jaunes égouttés et les feuilles de laurier.
  5. Porter à ébullition, couvrir et laisser mijoter à feux doux pour 2h30 à 3h, ou jusqu’à ce que les pois soient tendres.
  6. Retirer les feuilles de laurier, les jeter (ou les mettre au compost!), puis rectifier l’assaisonnement au besoin.
  7. Servir et apprécier ce moment de réconfort! 😊

*Si vous avez du temps et la motivation pour le faire, vous pouvez également veiller à retirer la petite peau des pois, pouvant être la source d’inconforts intestinaux.

En plus d’être réconfortante et personnalisable jusqu’à un certain point, cette recette automnale est facile à réaliser et présente un excellent rapport qualité-prix. En effet, ce n’est pas l’achat de pois jaunes en vrac qui fera exploser votre budget nourriture, et nul besoin d’être un grand chef pour la réussir. Un autre argument qui fera pencher la balance: tous les légumes mentionnés dans la liste d’ingrédients peuvent être achetés locaux, même (et surtout!) en hiver. Nous sommes d’accord sur le fait que les carottes, le céleri et les oignons sont très souvent en rabais lors de la saison froide, à un tel point que nous n’en pouvons plus de les voir peupler notre réfrigérateur. C’est donc l’occasion rêvée d’essayer une nouvelle façon de les apprêter et d’ajouter un peu plus du Québec dans votre panier d’épicerie!

J’espère vous avoir donné l’eau à la bouche à la lecture de cet article, mais aussi envie de mettre cette recette automnale au menu sans plus attendre. Qu’on se le dise, qu’y a-t-il de plus réconfortant qu’un bon bol de soupe fumant lorsque nous rentrons à la maison, les joues encore rougies par le froid… À vos chaudrons!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *